logo INEED

Edité le : 22/07/2014


Accueil > INEED Espace > Principes constructifs du bâtiment

  • Envoyer la page à un ami
 

Principes constructifs du bâtiment  Bas de page

Le bâtiment INEED est une vitrine et un centre d'expérimentation en matière d'éco-construction.

Le bâtiment INEED


Les principales innovations portent sur l'utilisation du bois comme matériau de structure et sur la maîtrise de l'énergie par l'apport d'inertie thermique. Le bâtiment a été conçu dans la démarche de management environnemental étudiant l'impact dans les matériaux et modes constructifs à chaque étape : conception, construction, fonctionnement, démolition.



Un bâtiment éco-conçu

Façade Nord du bâtimentFaçade Sud du bâtiment
Le bâtiment, présente une architecture tournée vers les basses consommations. Il est compact, sans décrochements de façade et orienté nord-sud. Les surfaces vitrées ont été réduites au maximum (15 %) pour limiter les déperditions thermiques (double vitrage à lame argon peu émissif).

Cette conception permet d'assurer un bon confort en été, sans recourir à la climatisation, et d'optimiser les besoins de chauffage en hiver.





Un recours systématique aux éco-matériaux

Les matériaux ont été choisis à partir de l'analyse de leur cycle de vie dont le bilan devait être meilleur que celui des matériaux traditionnels. Ces matériaux devaient aussi être plus performants d'un point de vue de l'isolation, de la qualité sanitaire, etc. Par exemple : Brique monomur

La brique monomur de 49,5 cm ( pouvoir isolant équivalent à 18 cm de laine minérale), offre une résistance thermique exceptionnelle et améliore l'inertie thermique du bâtiment.



Dalle Bois-BétonLes dalles bois-béton sont des planchers porteurs et « collaborants » qui permettent de réduire l'épaisseur de la chape (10 cm au lieu de 25 cm) et de ne pas avoir recours au ferraillage. L'utilisation du bois dans les structures a permis de stocker 550 Tonnes de CO2.


Revêtement mural

Le traitement des surfaces a été réalisé avec des enduits à la chaux pour l'extérieur, avec des peintures à l'argile sur les cloisons intérieures, terre crue et paille en enduit et lasures à l'eau à l'intérieur. Le recours à ces matériaux permet d'assurer la qualité de l'air intérieur tout en ayant recours à des techniques locales.





Objectif : moins de 30 kWh/m2/an*

* : besoins énergétiques théoriques en chauffage et ventillation


La maîtrise de l'énergie dans INEED et la consommation d'électricité a fait l'objet d'une vigilance particulière et efficiente :Eclairage basse consommation

  • Eclairage : il allie confort et performance énergétique (6 W/m²) grâce à l'utilisation de tubes néons T5 avec ballasts électroniques (évitant les vibrations lors de la mise sous tension), la différenciation entre zone de bureau et tâche de travail (200/400 lux) - lampe de travail avec LBC, les commandes d'éclairage des parties communes par détecteurs de présence.


  • Bureautique : la consommation électrique bureautique a été réduite d'un facteur 20, par l'usage généralisé d'ordinateurs portables, consommant en moyenne 20 kWh/an et par machine, contre 400 kWh/an pour une tour avec écran à tube.


La forte isolation et l'inertie du bâtiment (briques monomur, le double vitrage peu émissif à lame Argon et forte épaisseur d'isolant en toiture), limitent les échanges thermiques avec l'extérieur et donc les fluctuations thermiques (journalière et annuelle). La limitation drastique des apports internes d'origine électrique, ainsi que la protection solaire (casquette) contribuent à conserver une température intérieure stable dispensant de climatisation.


Entrée de l'air dans le puit canadienUn puits canadien (ou provencal) couplé à une centrale de renouvellement d'air (ou provençal), intervient dans la régulation thermique de bâtiment. Il collecte l'air extérieur, qui parcourt près de 500 m de canalisations enterrées entre 1,5 et 2,5 m de profondeur avant d'être insufflé dans le bâtiment...
La température de la terre à 1,5/2,5 m de profondeur est très stable. L'air du puits canadien est donc réchauffé l'hiver et rafraîchi l'été... avec un « bénéfice » thermique pouvant aller jusqu'à -/+15°.

Echangeur thermique
Un échangeur à roue permet de récupérer la chaleur de l'air extrait du bâtiment pour réchauffer l'air entrant (provenant du puits canadien ou de l'extérieur), avec un rendement effectif mesuré de 74% générant une économie de gaz de 12 % environ.



Chaudière à gaz par condensation

Une chaudière gaz à condensation (récupération des calories dans les fumées) fonctionne avec un rendement de 91 %. Le réseau de chauffage régule la température à 19 °C uniformément dans tout le bâtiment, hors salles de réunions et de conférences, qui ne sont chauffées et ventilées que lors de leur utilisation.



Remarque : Le chauffage à 20° C génèrerait une consommation supplémentaire de 15%.




Panneaux solaires


Autres dispositions mises en œuvre

Energies renouvelables : la présence de quelques panneaux photovoltaïques permet de produire 3 KW / an, revendus à EDF. Au-delà de la production les panneaux jouent un rôle de protection du bâtiment contre le rayonnement solaire estival (casquettes solaires).


Espaces verts
Enfin, le parc végétal extérieur applique le principe de gestion différenciée des espaces verts. On y trouve des espèces adaptées : pas d'engrais chimiques ni désherbant, pas de traitements, très peu d'arrosage et des coupes tardives.


 

De plus, un bassin écologique est en démonstration : la filtration de l'eau est réalisée par les végétaux présents. L'ensemble de ces dispositions a pour objectif d'augmenter la biodiversité présente sur la parcelle.

  

Plan d'eau

 

Un coût maîtrisé

Le coût du bâtiment s'est élevé à 1.400 Euros HT/m² utile (hors foncier, hors mobilier,  honoraires inclus), soit un surcoût de 5 % par rapport à un bâtiment traditionnel, tout en offrant une qualité de matériaux et de confort sans comparaison, ainsi que des niveaux de consommation divisés par un facteur 7, et sans besoin de climatisation.


FinancementPrincipales Caracteristiques :
  • CCID :1 515 128 €
  • Europe : 1 569 404 €
  • Région Rhône-Alpes : 1 497 073 €
  • Conseil Général de la Drôme : 967 191 €
  • ADEME : 99 060 €
  • Etat FNADT: 232 264 €
 
  • Terrain : 15.000 m².
  • Bâtiment : R + 2 + 1 partie sous-sol + chaufferie.
  • Hauteur : 15 m.
  • SHON : 3.600 m².
  • Briques Monomur : 1.200 m².
  • Plancher ossatures bois : 700 m².
  • Bardages bois façades : 500 m².

Télécharger la notice HQE